Vous êtes ici : Accueil du site Somatopsychologie® Applications Mises en situationNON PROPOSE ACTUELLEMENT : Subaquathérapie
Les données de ce site sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License
7 visiteurs actuellement connectés
La relation homme/eau
mardi 10 février 2009
Créé par le Dr Claire Carrier , monitrice de plongée sous-marine, psychiatre et médecin spécialisé dans les problèmes sportifs, l’ARDETIE est un organisme de recherche et d’étude pluridisciplinaire sur la relation homme/eau

Nous sommes tellement dépendants de l’élément naturel qu’est l’eau que la relation que nous construisons avec lui témoigne de la place que nous donnons à cette limite si caractéristique de la vie.

Jamais nommée directement, on en parle par ce qui la contient : une gorgée, un seau, etc. Jamais reconstituée en laboratoire, la molécule H 2O reste intouchée par la recherche. Jamais remplacée donc universelle sur tout notre globe, l’eau résiste aux variations culturelles comme climatiques. Ainsi le toute puissance de l’eau l’entoure d’un mystère que chacun d’entre nous est obligé, pour vivre, d’aborder suivant ses propres critères .

Actuellement, l’immersion dans l’eau est à la mode. Les images publicitaires, les films nous familiarisent avec cette situation particulière du corps. Elle consiste en une modification de l’état de conscience liée à un bouleversement de tous les systèmes de repérage que nous avons dans notre adaptation à l’air libre. C’est de l’étude de l’utilisation qui peut être faite de cette situation particulière qu’est née l’ARDETIE.

Cette association loi 1901 participe à plusieurs recherches : en liaison avec le CIRM (Nice), elle aborde la question de l’écoute sous-marine. Elle collabore également à des réflexions sur les techniques de relaxation. Enfin, elle prévoit de former plus particulièrement les moniteurs de plongée et les différents pédagogues concernés à la sensibilisation au vécu psychologique de l’homme dans l’eau. Et elle met en place une nouvelle approche psychocorporelle conçue par le Dr Claire Carrier : la subaquathérapie.

Qu’est-ce que la subaquathérapie ?

C’est une thérapie corporelle d’adaptation. Elle se base sur les nouvelles sensations corporelles et les nouveaux modes de communication interpersonnelles qui apparaissent lors de l’immersion du corps dans l’eau, pour faciliter la découverte du plaisir à vivre avec son corps. Elle est particulièrement efficace dans les cas de résistance à des transformations, qu’elles soient corporelles telles que la puberté, l’entraînement sportif, ou les cas pathologiques (obésité) et post-chirurgicaux ou psychologiques comme l’échec scolaire ou le vieillissement.

Si cette forme de plongée n’a pas de limite d’âge, elle est soumise à d’importants contrôles de sécurité : matériel adapté, surveillance constante, comme aux suivis médicaux traditionnels,. les contre-indications sont prises en compte.

Une séance de subaquathérapie se déroule en 2 temps : d’abord une immersion en piscine avec l’un des moniteurs de l’ARDETIE, chargé des questions techniques et de sécurité, où la relation est strictement extra-verbal, construite sur le regard, le toucher et l’eau. Puis, un entretien psychologique avec le Dr Carrier, où s’effectuent, à travers les mots employés, une étude et une analyse de l’expérience corporelle. Ces deux moments sont d’égale durée : trente minutes. Ils se correspondent par une discussion entre le médecin et le moniteur de ce qui va être proposé lors de chaque séance d’immersion et par un retour du moniteur vers le médecin du déroulement du temps d’immersion.

Ainsi les rôles du médecin et du moniteur sont distincts l’un de l’autre tout en restant étroitement reliés l’un à l’autre.

Des résultats concrets

Après trois ans de pratique, voici un premier point effectué sur une vingtaine de prises en charge. Les suivis s’étallent entre une à vingt-cinq séances, ils couvrent des âges de sept à quarante ans avec une préférence pour les adolescents.

Les troubles rencontrés sont très divers. Sans entrer dans le détail des vies privées, voici quelques exemples de résultats obtenus :

- Après un échec scolaire (mutisme et retrait relationnel) lié à une rupture de la structure familiale, un enfant de huit ans a repris goût à la vie sociale en acceptant un départ en classe verte et y construisant une cabane avec ses copains.

- Résolution de troubles respiratoires causés par un mauvais sevrage hospitalier à la suite d’une opération du cancer du larynx chez un jeune adolescent de douze ans

- Conduite d’anorexie mentale atténuée par une sensibilisation et un vécu positif du corps en mouvement. Par la suite la patiente, âgée de seize ans, a pratiqué la plongée pour son plaisir.

- Amendement d’une apnée invalidant une jeune patineuse de haut niveau lors des compétitions, succédant à la découverte émerveillée de la vision de ses propres bulles expiratoires.

- A la suite d’une noyade, phobie de l’eau chez une plongeuse avertie qui a repris confiance en "décortiquant" les circonstances de son accident

- Perte du goût de vivre chez une adulte à structure obsessionnelle se dénouant par la découverte du plaisir ludique : "j’ai ri dans l’eau en jouant avec mes bulles"

Cette thérapie peut avoir des limites. Ainsi, dans le cas d’un enfant adopté, il a fallu arrêter les séances sur un constat de conflit entre le couple symbolique moniteur/thérapeute et celui des parents adoptifs.

Enfin, le prix d’un cours en piscine, 220 F non remboursés par la sécurité sociale, est malheureusement trop souvent dissuasif.

Les enjeux

Cette thérapie d’adaptation offre une approche corporelle complémentaire à la psychothérapie classique. Originale, elle permet la prise en compte des discours extra-verbaux, le rapport à la symbolique de l’eau, la redistribution des invariants culturel. Au delà d’une simple thérapie, l’ARDETIE permet un nouveau regard sur les mythes actuels dont "Le grand bleu" et l’écologie sont de bons exemples. Elle voudrait répondre à la quête spontanée que nos contemporains trouvent dans l’eau, d’un lieu paisible sans provocation sensorielle comme verbale.

Nous voudrions tout spécialement remercier la ville de Paris pour la mise à notre exclusive disposition du bassin de l’Ecole Polytechnique ainsi que le club de Fontenay-sous-Bois pour le prêt de matériel et l’autorisation de profiter du bassin de la piscine

 

Répondre à cet article